La Banque centrale du Congo (BCC) veut mettre fin au phénomène des changeurs de monnaie dans les rues des villes de la RDC

Les changeurs de monnaie devront désormais travailler dans des bureaux de change et encadrés par la banque centrale, a indiqué ce mardi 3 octobre le gouverneur de la Banque centrale du Congo lors du lancement de la campagne de sensibilisation.

Après plusieurs rencontres entre l’autorité monétaire et la corporation des cambistes, il se dégage trois catégories d’opérateurs de change manuel comme le fait remarquer Deogratias Mutombo :

« D’abord  les opérateurs de première catégorie qui sont constitués des bureaux de change agréés à extension nationale. Ils sont appelés à verser la caution de 2500 dollars à la banque centrale. On a les bureaux de change de deuxième catégorie, qui sont des bureaux de change à extension provinciale, eux ne verseront qu’une caution de 1000 dollars à la BCC. Ensuite vient la catégorie des changeurs manuels personnes physiques. Eux ne verseront qu’une caution de 150 dollars à la banque centrale mais devront par la suite s’affilier auprès d’un bureau de change agréé ».

L’encadrement de la banque centrale prévoit quelques principes de travail sécurisé.

« Le changeur manuel doit quitter la rue. En s’affiliant à un bureau de change, il travaille dans le local de ce bureau de change agréé. Il affiche le taux de change dans le local du bureau de change agréé, plus  d’affichage à l’extérieur. Plus d’exposition de briques de billets dans la rue, tout se fait dans un local », précise Deogratias Mutombo.

La corporation des changeurs de monnaie a proposé à la Banque centrale de procéder à l’identification biométrique de chaque membre.
Cette mesure s’inscrit dans la perspective de la mise en œuvre des mesures urgentes pour la relance de l’économie de la RDC.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *