Les expressions de Chérubin Okende sur la situation politique de l’heure

AMN: Mr Cherubin Okende quelle lecture faites vous de la situation politique actuelle de notre pays?
C.O: La situation politique actuelle est caractérisée par une crise profonde qui affecte tous les secteurs de la vie nationale. A la base, il convient de stigmatiser le refus du Président Joseph Kabila de faciliter l’alternance démocratique au sommet de l’Etat à l’échéance de son second et dernier mandat. Tout ce que l’on observe depuis 2015 procède des manœuvres politiciennes pour se maintenir au pouvoir. Et voilà que le pays tout entier en souffre.

AMN: Au regard de la situation que doit être la priorité ?

C.O: Logiquement, la priorité consiste à remédier à la cause de la crise donc, engager le Président Kabila à quitter le pouvoir. Sinon, il n’y aura pas de solutions qui privilégient la promotion de l’Etat de droit, de la démocratie et des valeurs républicaines. Le peuple congolais ne veut plus de la dictature et est trop chosifié par une misère infamante. Plus de 99,9% des populations congolaises vivent dans une précarité extrême.

AMN: Dernièrement la police avait blanchie Ne Mwanda Nsemi au sujet des événements qui s’étaient passés entre le mois de mai et juin et aujourd’hui la même police accuse les adeptes de BDK d’être les auteurs d’attaques d’aujourd’hui à Kinshasa votre réaction?

C.O: Il est évident qu’en dehors des thuriféraires du régime et certains opportunistes, l’ensemble du peuple congolais ne veut plus de Joseph Kabila. Car, il dirige le pays par défi et par la force en même temps qu’il ne manifeste pas de la détermination d’assurer la grandeur du peuple et sa dignité. L’Etat est en faillite à cause des dérives fatales de leadership du Président Joseph Kabila. Son pouvoir est illégitime et exercé en violation de la Constitution. Ainsi, tout Congolais est en droit de faire échec à ce pouvoir au regard de l’article 64 de notre loi fondamentale. Cependant, je réprouve la violence et je ne maîtrise pas le mode opératoire du mouvement auquel vous faites allusion. Je note seulement que très souvent, la répression du pouvoir est très meurtrière quand il s’agit de la société civile (Mouvement citoyen) et de l’Opposition politique. Y-a-t-il blanchiment de Ne Mwanda et ses adeptes, je ne sais pas l’affirmer ou l’infirmer. Nous verrons bien à l’usure de la conjoncture actuelle.
Je vous remercie.

Par :AMN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *