Les contrevérités de Thomas Luhaka

En réponse à une « question orale avec débat » initiée par le député Serge Mayamba Masaka sur le « processus de reconstruction du territoire national », le ministre des Infrastructures, travaux publics et reconstruction (ITPR), Thomas Luhaka Losendjola, a fait, vendredi 17 novembre, piètre figure en débitant des contrevérités. C’était au cours d’une plénière présidée par Aubin Minaku président de l’Assemblée nationale

Coup de théâtre! Au moment où ces lignes sont écrites, on apprenait que le député national Mayamba se serait rétracté. Il aurait retiré purement et simplement sa « question orale » aux allures de réquisitoire contre « les années Joseph Kabila ».

Elu de l’ex-district kinois de la Tshangu, Mayamba assure qu’il a trouvé des « réponses » à ses « préoccupations » après lecture du « rapport d’activités pour le 1er semestre 2017 » dudit ministère. « Un geste salué par nombre de ses collègues députés nationaux ». Des observateurs sont surpris par ce revirement.

Le député Mayamba avait décomposé son « interrogatoire » en trois points. Primo : le bilan de la politique du ministère des ITPR par rapport au processus de reconstruction du territoire national. Secundo : la description du taux de réalisation des travaux. Enfin : les critères de choix des sites concernés par ces travaux avec une priorité donnée aux provinces orientales du pays.

Contrevérités

Selon Thomas Luhaka « le gouvernement n’a jamais eu l’intention de privilégier un coin de la République au détriment d’autres ».

Il s’est contredit en alléguant que les considérations économiques et sécuritaires seraient à l’origine de la priorité donnée à « certains coins du pays ».

Luhaka s’est contenté de débité des banalités tout en affirmant que l’action de son ministère concerne la réhabilitation des anciennes routes, la réhabilitation et construction des services publics ainsi que la protection et entretien du réseau routier.Et d’ajouter:

« la construction, la réparation et la réhabilitation des routes, ponts, bacs et édifices publics sur l’ensemble du pays ».

L’objectif, selon lui, serait notamment de doter les nouvelles provinces des « infrastructures modernes ». Les uns estime que la raison paraît simple d’autant plus qu’il ne maîtrise aucun dossier. Et pour cause, tout se décide à la Présidence entre « Kabila » et le directeur de la fameuse Agence des Grands Travaux.

Par: AMN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *